Historique de Drouot
DROUOT, UN LIEU MYTHIQUE

9 août 1850 : la Compagnie des Commissaires-Priseurs achète à la Ville de Paris le terrain provenant de l’ancien Hôtel Pinon de Quincy. Après 18 mois de travaux, Drouot ouvre ses portes le 1er juin 1852.


6-30 décembre 1852 : vente des biens de Louis-Philippe Ier, roi des Français.
 

1864 et 1867 : ventes des ateliers Delacroix et Ingres.


1869 : l’ingénieur Edoux construit à Drouot l’un des premiers monte-charges hydrauliques de Paris.


24 mars 1875 : première vente impressionniste avec des toiles de Berthe Morisot, Claude Monet, Edouard Manet, Alfred Sisley…


1881 : la dispersion des tableaux de la succession Gustave Courbet remporte un grand succès en totalisant un produit de 251 990 FF.


Février 1884 : vente de la succession Édouard Manet.


Février 1897 : vente de la collection des frères Goncourt en 8 vacations totalisant un produit de 1 369 249 FF, destiné à la création de l’Académie.


Novembre 1910 : vente de la collection du comte de Camondo.


Mars 1914 : vente de la Peau de l’Ours, collection indivisée créée en 1904 par André Level, avec « quelques jeunes gens présentant des goûts communs » (Matisse, Picasso, Gauguin, Dufy, Van Gogh, Redon, Van Dongen…).


1918 : vente de l’atelier Edgar Degas.

6 juillet 1923 : vente du mobilier de Sarah Bernhardt.


1931 : dispersion des souvenirs et bijoux du tsar Alexandre II.


Mars 1955 : vente de la succession André Derain, dont un exceptionnel ensemble d’art primitif.


Novembre 1972 : vente de la collection Jacques Doucet, qui consacre définitivement le mobilier Art Déco.


Janvier 1976 : les commissaires-priseurs parisiens déménagent à la Gare d’Orsay pendant les travaux de l’Hôtel Drouot.


13 mai 1980 : le nouveau Drouot est inauguré par Jacques Chirac, maire de Paris.
 

1987-1988 : trois vacations sont consacrées à la collection Georges Renan, regroupant un ensemble exceptionnel d’oeuvres romantiques, impressionnistes et modernes, pour un produit total de 227 millions de francs.


25 novembre 1990 : dispersion de la collection de tableaux modernes constituée par Alain Delon.


27 novembre 1997 : vente des tableaux impressionnistes, notamment par Berthe Morisot, provenant de la succession de Madame Julien Rouart.


28 octobre 1999 : dispersion de la collection consacrée à Jacques-Émile Rulhmann par Geneviève et Pierre Hebey.

29, 30, 31 mai 2002 : succession de la Princesse Soraya, première épouse du Shah d’Iran, comprenant notamment d’exceptionnelles pièces de joaillerie.

1-18 avril 2003 : les 5 000 lots de la collection « André Breton, 42 rue Fontaine », témoignant de l’érudition et de la curiosité de cette grande figure intellectuelle, sont dispersés au cours de 21 vacations.


17 et 18 juin 2006 : collection Vérité, l’une des plus importantes ventes d’art primitif jamais organisée.


2 et 3 octobre 2006 : succession Brassaï célébrant la photographie du XXe siècle à travers l’oeuvre de l’artiste.


Juin 2008 : vente de l’entier mobilier du palace parisien Le Royal Monceau.


2009 : création de la plateforme Drouot Live, destinée à retransmettre les ventes en live sur le web.
 

26 et 27 mai 2009 : succession du Mime Marceau.


12 et 13 juin 2010 : collection Anne et Jacques Kerchache. Un « Roi Tshokwe jouant de la sanza » préempté à 1 445 000 € par le Musée du Quai Branly.


Juin 2010 : collection Jacques Prévert : « Morceaux choisis ».


2011 : création de la plate-forme Drouot Online proposant des ventes uniquement sur le web.


5-8 avril 2011 : ancienne collection Paul-Louis Weiller.


Depuis 2014 : Participation aux nuits blanches
 

2015 : vente de la bibliothèque Pierre Bergé

 

 

« À Drouot, l’émotion est dans tous les instants et dans toutes les salles. J’ai cette impression, vraiment exaltante, d’être un vrai découvreur, d’acheter des chefs-d’oeuvre que les autres n’ont pas vus. »
Jacques Garcia, décorateur